Du folklore, un peu de pluie et des lumières

Aux Boveresses, on est habitué à positiver bon gré mal gré. La pluie et le froid se font insistants, mais cela n’empêche pas les habitants de se rendre à la fête. Car le programme du samedi est dense et quelques intempéries ne nous empêcheront certainement pas de nous amuser.

On commence avec un aperçu digne de Jackie Chang avec une démonstration sous la yourte de Vô Viêtnam, un art martial qui nous est présenté par des élèves et des enseignants. Tout d’abord, ce sont deux licornes qui paradent sous nos yeux. Le public doit rester sur les bords car très vite, les coups de pied et les figures impressionnantes fusent de toute part. On découvre l’appellation de ces positions toutes plus poétiques les unes que les autres. C’est bien joli, mais se prendre un coup de la “montagne qui gronde et coupe fatalement les nuages” (ou quelque chose du genre), ça doit faire plutôt mal! On a beau dire qu’il ne faut pas essayer de reproduire les gestes à la maison, les gamins s’empressent après-coup de voir si un triple-lutz version arts martiaux s’opère facilement au milieu de la foule.

On poursuit avec un groupe de gospel sous la yourte, alors que l’émission de Caravane FM se prépare. Les invités d’aujourd’hui viennent à nouveau de tous les horizons. Erythrée, Balkans, ou bons Vaudois des Boveresses, les interviews s’enchaînent et parlent de chacun. Nous concluons avec Rodolphe Clivaz, le directeur du théâtre de la Colombe qui rappelle que l’on peut promouvoir la Culture par passion et persévérance.

Pendant que les concerts de toutes les origines se succèdent sous la yourte, nous formons un petit groupe pour une expédition novatrice: Isabelle Corten de Radiance 35, venue exprès de Belgique, vient nous dévoiler les secrets de la Nuit. Elle qui depuis une quinzaine d’années sillonne l’Europe pour remettre en cause l’éclairage public, a été sollicitée par la Ville de Lausanne pour une expertise sur l’efficacité des lumières de la ville: tant au niveau esthétique qu’énergétique. C’est une bonne nouvelle d’apprendre que les politiciens s’en préoccupent et mettent en cours un processus de remise en question que l’on espère voir aboutir avant le siècle prochain! Si tout va bien, les premiers effets se feront voir d’ici deux ans, mais ils s’étaleront sur plusieurs années néanmoins car il faudra trouver quelques dizaines de millions pour arriver à bout!

Heureusement, le dimanche a apporté avec lui un peu de beau temps et les ateliers de Métis’Arte et son Totem des cultures qui s’élabore depuis le début de l’aventure de la Caravane, comme des ateliers autour de l’énergie, trouvent un franc succès auprès des enfants. Les parents sont encore attablés et profitent de la douceur pour papoter entre amis. Le groupe America Latina en coro vient nous présenter sa messe originale qui, elle aussi, a parcouru tous les quartiers en fête jusque-là. Très vite intrigués par ce choeur jovial et chaleureux, les gens se rassemblent sous la yourte, et terminent le concert en standing ovation. C’est une totale réussite! Pour conclure en beauté cet après-midi, le groupe Niang Family, qui s’est déjà produit le samedi, revient pour le plus grand bonheur de tous, et transporte petits et grands au travers du son des percussions.

Difficile de croire que ces trois jours soient passés si vite, avec un programme si chargé! Mais force est de constater que les gens des Boveresses aiment faire la fête, savent la faire dans les règles de l’art et ne se priveront pas de la recommencer. La Caravane est heureuse d’avoir pu partager ces beaux moments avec eux. Elle leur dit au revoir et se dirige dès mardi dans le quartier Sous-Gare. Suivez-vous sur facebook, donnez-nous vos impressions, partagez vos émotions!

A la semaine prochaine!